Dachau-Oradour

Dachau-Oradour

p006_1_00

 

Voici le récit de Michel CORAND, compagnon de route de cette randonnée :

Dans une société moderne et dynamique, le sport s’impose naturellement comme l’élément indispensable à notre équilibre corporel. Que sa pratique soit d’ordre professionnel, de recherche émotionnelle, physique ou simplement de loisir.

 

Par la multiplication des choix proposés, les nombreuses disciplines offrent à chacune et à chacun un éventail digne de satisfaire le plus exigeant. Tout réside ensuite dans le choix du dosage et du rythme que l’on recherche afin de trouver pleinement les bienfaits corporels et le but recherché. Adepte de la randonnée cycliste, cette discipline nous a apporté l’indispensable équilibre dans note vie de couple et permis la découverte d’horizons nouveaux parfois bien loin de notre limousin. Se préparer et participer à une nouvelle randonnée représente toujours un agréable moment.  C’est déjà se plonger dans l’inconnu avec la certitude d’effectuer de nouvelles rencontres, d’élargir le cercle de ses amis. C’est aussi se donner la possibilité de plonger dans l’histoire d’un pays afin de regarder et comprendre son mode de société, d’imaginer et comprendre son peuple et son passé. Dans ce cas précis, le vélo représente l’outil idéal mis à notre disposition. Il nous a permis de combler bien des lacunes lors de nos périples, qu’elles soient d’ordre historique ou portant sur notre patrimoine.

 

Dans les pays visités, il nous a également permis de corriger bien des préjugés et de nous apercevoir en définitive que la France est un beau pays où il fait bon vivre. Le vélo, par son usage sportif est incontestablement l’outil indispensable et précieux au service du sport loisir, du tourisme, de la culture et de l’histoire.

 

Par principe il est aussi un outil de vérité.  Chacun dans son usage se retrouve dans l’impossibilité de tricher et par conséquent se découvre sous son vrai visage, sans artifice, d’où la nécessité de garder une bonne dose d’humilité, la qualité première et indispensable à tout  cycliste qui se respecte. L’initiative de cette organisation du souvenir, pilotée par l’ARPAD, porte sur  la création d’une randonnée dite de l’amitié et la réconciliation entre les villes de Dachau et Oradour sur Glane. Tout un symbole qui ne peut laisser indifférents les amateurs d’histoire et nos anciens. Pour cette noble et belle initiative, l’ARPAD  association des responsable de la partie technique du projet, ne pouvait choisir de plus beaux porte-drapeaux pour cette randonnée du souvenir. Hier,farouches adversaires dans les sous bois et les labours, aujourd’hui amis dans la vie et unis sur ce projet, Rolf Wolfshohl, André Dufrasse et Raymond Poulidor, par leur palmarès d’exception, sont l’image même du symbole sportif, de l’amitié et de l’entente cordiale entre nos deux peuples, français et allemands.

 

Par leur valeur morale, sportive et humaine, ils représentent et apportent les ingrédients indispensables à l’émergence de l’amitié, de l’entente et de la fraternité entre nos pays respectifs. Chacun en ce qui le concerne, hisse le sport sur un piédestal et en fait un vecteur incontournable au service d’une cause humaine et historique de premier plan.Lorsque ce genre de projet reçoit  de l’extérieur un soutien médiatique, alors bien des portes hermétiquement closes en d’autres circonstances, s’ouvrent et donnent à l’organisation la lumière du succès.  Ce raid Dachau/Oradour sur Glane, représente précisément par son côté historique l’événement déclencheur médiatique, voulu et soutenu au plus haut niveau par le pouvoir politique. Surtout, ne boudons pas notre plaisir pour un tel soutien. Pour une fois que le sport loisir reçoit reconnaissance et soutien de la part des instances dirigeantes, on ne peut qu’apprécier à sa juste valeur une telle initiative. Précisons que ce raid dans son originalité avait vocation à rallier Dachau ville allemande à Oradour sur Glane. Dachau étant la ville qui a connu le premier camp de concentration construit par le régime nazi dès 1933. Ce camp avait pour mission de recevoir les opposants politiques au régime nazi. Pour Oradour sur Glane, je crois qu’il n’est pas nécessaire de rappeler à nouveau ce fait tragique au souvenir des Limousins.  La date du 10 juin 1944 est inscrite et gravée dans le marbre de la tragédie et dans notre histoire pour l’éternité.

 

Deux symboles forts de la barbarie du régime nazi réunis dans l’horreur et le souvenir, lesquels ont rendu ces deux villes tristement célèbres, solidaires et indissociables dans l’histoire tragique de la deuxième guerre mondiale.

Voici les différentes étapes qui se sont déroulées uniquement en France:

 

Mardi 3/06/2014,  Limoges-Strasbourg

Mercredi 4/06/2014 : Strasbourg – Ludres 158 kms

Jeudi 5/06/2014 : Ludres – Chaumont 109 kms

Vendredi 6/06/2014 : Chaumont / Auxerre 158 kms

Samedi 7/06/2014 : Auxerre / Issoudun 179 kms

Dimanche  8/06/2014: Issoudun / Oradour sur Glane 175 kms