SAMEDI 26 OCTOBRE 2019  » LE RETOUR DE MONSIEUR JADIS « 

IL RESTE QUELQUES PLACES DISPONIBLES POUR LE REPAS _ TELEPHONE 06 20 20 36 37


Monsieur Jadis ou son fantôme ? attendu à Linards le 26 octobre !

Il y a déjà un demi-siècle, Antoine Blondin s’installait pour une vingtaine d’années dans une ancienne ferme du hameau de Salas. Et il répétait : « Quand j’ai débarqué dans cette région que je ne connaissais pas et où rien ne me prédisposait à vivre, j’ai eu d’abord l’impression que mon existence tombait en panne. Erreur : elle se remettait en marche. Que je ne serais jamais qu’un Parisien déraciné. Double erreur : elle me rendait mes racines les plus profondes. Très vite, j’ai éprouvé le sentiment de renouer avec mon propre terroir et même avec la terre entière… Rien n’est plus difficile que de sortir d’une ville, de s’en arracher. Cette petite route qui passe devant la maison, il n’y en a qu’une, mais elle mène à tout. Et la clef des villes est peut-être contenue dans cette clef des champs. »

 Dès qu’il se fut installé à Salas, à l’écart des turpitudes de la vie parisienne, il se mit à écrire ce roman bien troussé : Monsieur Jadis ou l’école du soir, qui débute par cet incipit : « Longtemps, j’ai cru que je m’appelais Blondin, mon nom véritable est Jadis »… Son ami Yvan Audouard auquel il avait dédié ce roman de sa vie, dissociait Antoine le « buveur qui écrit », de Blondin, « l’écrivain qui boit » dans son livre-hommage : « Monsieur Jadis est de retour », paru aux Éditions de la Table Ronde en 1994. Même à Linards, Antoine ne faillit finalement pas à sa renommée, puisque, avouait-il ; « une  de mes amies, sur l’emplacement d’un dépôt de livres-papeterie, et sur mon conseil également, inaugurait le Jadis-Bar, auquel elle avait eu la double délicatesse de donner un nom qui rappelait le titre d’un de mes livres, et mon cher Harry’s bar du 5 rue Daunou à Paris. » Et il précisait : « Sa réputation excède largement les frontières de l’arrondissement et fait la joie de quelques milieux littéraires parisiens où l’on reconnaît volontiers que je dois être le seul écrivain (prétendu tel) à avoir favorisé la transformation d’une librairie en débit de boissons. »

Autant de souvenirs et d’anecdotes qui ne manqueront pas d’être évoqués lors de cette journée anniversaire qui verra la présence, outre ses deux filles, et Symbad de Lassus son petit-fils, nombre de ses amis et admirateurs plus ou moins célèbres qui pourront venir. Sont notamment attendus outre les régionaux Raymond Poulidor, André Dufraisse, Luc Leblanc, « piliers » de l’ARPAD – Échappée Belle, Gaston Bergeret, Daniel Pautrat, Claude Spanghero, Cyrille Guimard « notre Eddy de Nantes ». Au terme de ce samedi riche en activités qui commenceront par un accueil à la salle des fêtes communale, à 9 heures au zinc d’Antoine, « ce métal conducteur d’amitié », ceux-ci, et d’autres, dont les écoliers locaux, liront ou chanteront des extraits de textes écrits par Blondin. Les Tournées d’Antoine (balades à vélo ou à pieds) partiront à 10 heures. Elles seront ponctuées par un contrôle de ravitaillement (obligatoire!!) sur le coup des 11 heures à la coquette salle des fêtes de Saint-Méard. Puis à l’arrivée des randonneurs vers 12h30, sera servie la « potée des potes » à la table d’Antoine. Suivra à partir de 15 heures « le vagabondage à travers l’expo Blondin » animé par des lectures choisies, et quelques flons-flons.

Il est prudent de réserver sa place car un public nombreux est attendu à Linards.  Le site www.poulidor.fr et la page facebook Poulidor ARPAD, lui donneront toutes les précisions utiles et nécessaires.

Bernard Lacorre

Laisser un commentaire

Fermer le menu